Fédéral

Publication } 20-10-2017

Le Secrétaire Général de la Fédération Française de Baseball et Softball, Thierry Raphet, a assisté au tournoi batball organisé par Jean-Marie Vautrin de l’Université de Montpellier avec le concours du club des Barracudas de Montpellier les 14 et 15 octobre 2017. Il répond à nos questions sur l’événement et le blind baseball.

FFBS: Quel est l’événement auquel vous avez assisté ?

Thierry Raphet: J’ai été invité les 14 et 15 octobre par Jean-Marie VAUTRIN à assister à une compétition de blind baseball sur le terrain des Barracudas de Montpellier.

FFBS: Qu’est-ce que le blind baseball ?

Thierry Raphet: C’est du baseball adapté à des joueurs ou joueuses mal ou non-voyants. Plusieurs formes de blind baseball existent de par le monde, la pratique utilisée lors du tournoi a été codifié par nos amis italiens. C’est peut-être la forme la plus rapprochée du baseball traditionnel.

FFBS: Quelles sont les principales caractéristiques et règles de cette pratique ?

Thierry Raphet: La dimension du terrain est adaptée. Nous utilisons uniquement la moitié gauche du terrain quand on trace une diagonale passant par le marbre, le monticule et la deuxième base. Ce qui est à droite de cette diagonale fait partie du territoire des mauvaises balles. Ensuite la ligne de Home-run est rapprochée pour se trouver à 70m du marbre. Le jeu se fait en champ extérieur.

Il n’y a pas de lanceur, le frappeur est son propre lanceur, il tient la balle, la lâche et la frappe. La balle est une balle Kenko que l’on a évidé et dans laquelle on a inséré deux grelots. Quand cette balle roule elle émet un son, il n’y a aucun son quand la balle est dans les airs ou lorsqu’elle est arrêtée.

Pour être bonne, la balle frappée doit toucher le champ extérieur puis traverser la ligne matérialisée entre la deuxième et troisième base.

Après avoir frappé la balle le frappeur-coureur se dirige vers la première base qui est sonore et dont le son est mis en route par l’arbitre de première base, contourne cette base et se dirige vers une deuxième base bis se trouvant 4 mètres avant la véritable deuxième base sur la ligne entre la 1 et la 2. Pour se diriger vers cette deuxième base bis, il est sollicité par le coach de cette base qui frappe ensemble deux claquettes en plastique.

Pendant ce temps-là, la défense prévenu par l’arbitre de troisième base que la balle a bien franchi la ligne entre la 2 et la 3 essaye de stopper la balle en se couchant afin d’empêcher cette balle d’aller plus loin. Dès que la balle est captée, le défenseur se relève et l’envoi au gardien de la deuxième base qui est voyant. Le jeu se faisant en deuxième base, on comprend l’intérêt d’avoir une deuxième base pour les défenseur et une deuxième base bis pour l’attaquant, cela évite les collisions.

Le retrait en deuxième base se fait comme pour le baseball classique en première base, la base étant forcée.

Si le frappeur-coureur a atteint la deuxième base bis, il partira de la deuxième base au frappeur suivant. Il devra atteindre la troisième base où l’attend un autre coach avec les claquettes. Le coach de deuxième base l’ayant au préalable mis dans le bon axe.

Il en est de même pour le coureur qui a atteint la troisième base et qui doit se rendre au marbre, le coach de troisième base le met dans l’axe mais aucun son ne lui permet de se guider jusqu’au marbre. Il doit alors passer dans un couloir de chaque coté du marbre, si il s’en écarte il est retiré au marbre.

Vous l’avez compris, les jeux ne se font qu’en deuxième base mais un coureur est éliminé si il ne contourne pas la première base ou si la balle a été captée par le seconde base avant qu’il n’atteigne la deuxième ou la troisième base.

Une balle qui n’a pas été frappée, qui part en territoire des mauvaises balles qui ne franchit pas la ligne entre la deuxième et la troisième base est une prise. L’élimination est à trois prises.

FFBS: Qui participait au tournoi ?

Thierry Raphet: Quatre équipes étaient présentes, les Bandits de Nogent, les Pumas de Pau en entente avec les baraccudas de Montpellier, l’équipe d’Italie et l’équipe de Cuba.

Pau et Nogent-sur-Marne, les deux équipes françaises du tournoi.

FFBS: Quel est votre ressenti sur l’événement ?

Thierry Raphet: La maitrise de ces deux dernières équipes est époustouflante. Voir un joueur se trouvant près de la troisième base se coucher de tout son long pour arrêter une balle, se mettre à genoux pour la récupérer, se relever, se tourner vers la deuxième base et renvoyer avec force et précision cette balle dans le gant de la deuxième base sans que celui-ci ne bouge pour faire le retrait au moment où arrive le frappeur-coureur c’est grandiose.

Nos deux équipes françaises n’ont pas eu à rougir de leur prestation et se sont vaillamment défendues.

Pour terminer sachez que l’équipe de Cuba a remporté ce tournoi gagnant pour la première fois un match contre l’équipe d’Italie.

Je remercie Jean-Marie VAUTRIN, L’UFR STAP de Montpellier, le club des Baraccudas et son Président Gérard CROS pour leur accueil. Je remercie également la CFSH, son président Tom NAGEL et l’ensemble des membres de la commission et bien sur les équipes engagées pour cette compétition sportive de haut-niveau.

Je suis fan de blind baseball et si jamais vous avez l’occasion d’assister à un match, n’hésitez pas cela en vaut vraiment la peine.

FFBS: Merci Thierry. Retrouvez le résumé complet de l’événement réalisé par Jean-Marie Vautrin ici.

Trouver un club

Trouver un club près de chez vous!

Prochains évenements